En République démocratique du Congo, le top de 10 évènementiel à Butembo

Sharing is caring!

Située au Nord-Kivu, à environs 300 kilomètres au Nord de Goma, à l’est de la République démocratique du Congo (RDC), Butembo est une ville qui attire tous les commerces. Si elle est réputée commerciale c’est parce que des opérateurs économiques de cette ville ont été parmi les premiers en RDC à importer des produits manufacturés et autres biens en provenance de l’Asie. Quelques maisons de commerce portent d’ailleurs des noms empruntés du Moyen-Orient : « Kidubaï en référence à Dubaï, Galérie Ngoanzhou en référence à une ville chinoise,… ». Certains vont jusqu’à qualifier cette ville de poumon économique de l’est de la RDC pour avoir desservi plusieurs entités en produits manufacturés importés de l’Asie ou de l’Afrique de l’est. Mais s’il faut investir dans cette ville, vous serez surpris de constater que des événements qui rassemblent un grand public n’ont rien d’économique.

vue aerienne de butembo ph umbo Salama
  1. Les cérémonies funéraires. La coutume l’emporte sur le commerce. Des boutiques et magasins et même des activités administratives vont jusqu’à fermer des portes pour compatir avec la famille éprouvée. Peu importe des rendez-vous déjà fixés aux clients venus d’autres provinces.
  2. Les rencontres religieuses.  Peu de familles ont un travail dans cette ville, où la plupart des entreprises sont familiales. Aussi, les riches se marient entre eux et les pauvres entre eux. Il faut ainsi se réfugier dans des Eglises pour des solutions miracles aux multiples problèmes : emploie, mariage avec un fils d’un riche,…
  3. Les cérémonies de mariage. Il suffit de consulter des registres des mariages à l’Etat civil comme dans des Eglise pour comprendre que dans cette ville les gens se marient à la seconde près. « En une semaine une seule commune peut enregistrer entre sept et dix mariages. Or la ville compte quatre communes. Et donc en une semaine on peut enregistrer entre 40 et 50 mariages en une semaine sans compter des mariages qui sont célébrés dans des Eglise sans être enregistrés au bureau municipal», explique Bwambale Muhanirya, bourgmestre de la commune de Kimemi, une des communes de Butembo.
  4. Les rencontres sportives. Il faut l’avouer, elles ne sont pas nombreuses et opposent rarement les équipes d’autres provinces à celles de cette ville. Elles mobilisent il s’agit des rencontres entre les deux grandes équipes de la ville. De fois des tournois se limitent au match en aller et retour entre les deux équipes.
  5. Les marches de protestation. Au début ces genres de manifestation ne mobilisaient la population. Et même un adage populaire disait : « la politique tue». aujourd’hui, avec la monté de l’insécurité dans la région, la situation socio-économique étant aussi précaire, elles commencent à mobiliser. Mais aussi, plusieurs pensent c’est une occasion de se faire un nom et de trouver une voie pour se faire élire. « Après les études, si on ne réussit pas dans le commerce, il faut aller dans la politique ».
  6. Tambourinage et cris aux voleurs et autres truands. Des groupes de pression se multiplient, face à la montée de l’insécurité et à la défaillance des services de sécurité. Des jeunes s’organisent pour l’autodéfense de leurs quartiers. « Si vous remarquer un mouvement suspect dans votre parcelle, il suffit de sifflet ou tambouriner avec des bidons pour que les voisins vous viennent en aide ».
  7. Vente promotionnelle de la bière. A côté du commerce, la ville fait face à une concurrence de vente de boisson et le nombre de buvettes concurrence celui des boutiques et magasins. Des peintures sur des gros bâtiments et des affiches dans des places publiques vous renseignent sur la marque de votre boisson préférée et le lieu où elle sera vendue en moindre coût.
  8. Journée internationale de la femme du 8 mars. Elles sont d’abord majoritaires et dans plusieurs ménages elles n’ont pas d’autres occasions de se divertir. Nombreuses trouvent ici une des rares occasions de sortir de leurs parcelles et d’aller rencontrer leurs amies à la messe comme dans des buvettes.

A ces 8 éléments il faut ajouter deux autres :

  1. Cérémonies de clôture l’année scolaire.
  2. Conférences et débats liés aux questions de la politique nationale.

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *